AccueilAide
Merci de signaler tout contenu problématique sur cette page0
Alerter

Myalgie, scapulaire, ceinture scapulaire, épaule




MYALGIE


Une myalgie est une douleur musculaire. C'est le terme générique englobant toutes les douleurs musculaires du corps charnu du muscle.

Les myalgies peuvent être localisées et sont alors souvent de diagnostic facile, ou diffuses et alors de diagnostic plus difficile car les causes sont nombreuses et variées.

Le dosage des CPK et de la myoglobine peut être utile. Un EMG détermine l'origine myogène ou neurogène.
La biopsie musculaire peut parfois être indiquée et reste souvent la clé du diagnostic, elle doit etre orientée par la clinique et les examens complémentaires. Elle peut montrer une atrophie, une inflammation, une dégénérescence ou des signes plus spécifiques.
L' IRM musculaire est un examen intéressant et est complémentaire de la biopsie. Il peut montrer une atrophie, une infiltration graisseuse ou une inflammation.

Le diagnostic reste indéterminé dans 10 à 15% des cas. Les myalgies fonctionnelles représentent jusqu'à 30% des cas.



SCAPULAIRE


Scapulaire est un adjectif qui souligne la relation avec les épaules.

En anatomie :
La ceinture scapulaire désigne les os du corps des vertébrés au niveau de la connexion des membres avant. Ce terme est aussi utilisé pour l'homme et qualifie par ailleurs un bon nombre d'organes de la zone.

En ornithologie :
Les plumes scapulaires désignent une partie du plumage de l'aile venant recouvrir les épaules de l' oiseau au repos.

Un vêtement religieux :
Scapulaire (vêtement)

En sport :
Appellation donnée à la forme V apposé traditionnellement sur la face avant des maillots de Rugby à 13, par extension cela s'applique également aux maillots des clubs de football des Girondins de Bordeaux et du Valenciennes FC : le scapulaire, toujours en forme de V, est apposé (floqué ou teinté selon les années) sur la face avant du maillot bordelais, en blanc pour le maillot marine et en marine sur le maillot blanc, en blanc et rouge pour les valenciennois.



CEINTURE SCAPULAIRE

La ceinture scapulaire ou ceinture pectorale est le dispositif osseux qui permet, chez les vertébrés, de rattacher les membres antérieurs à la colonne vertébrale. Sauf exception et contrairement à la ceinture pelvienne, la ceinture scapulaire est libre, c'est-à-dire qu'elle n'est reliée au squelette axial que par l'intermédiaire des muscles. Rudimentaire chez les poissons, elle prend de l'importance chez les tétrapodes et se diversifie en relation avec le mode de vie, notamment avec l'aptitude au vol chez les oiseaux ou la régression des pattes chez les serpents. Elle est typiquement constituée de l'omoplate et de la clavicule.

Chez les poissons

Très succincte et cartilagineuse chez les Chondrichtyens, elle s'ossifie et se complique chez les Ostéichtyens : la scapula, côté dorsal, est accolée à l'os procoracoïde, côté ventral. Ces deux éléments sont partiellement recouvert par deux demi-arcs osseux, de direction dorso-ventrale et situés juste derrière les ouïes (cleithrum) .

Chez la tortue

Elle est soudée à la carapace.

Chez les oiseaux

Article détaillé 
squelette (oiseau)
La ceinture scapulaire s'est transformée pour permettre aux oiseaux de voler. Le développement du coracoïde, la fusion des clavicules en furcula et l'existence du bréchet en sont les signes les plus distinctifs. La ceinture pectorale se compose de 3 paires d’os qui supportent les ailes. Ces os sont souvent mieux visualisés sur les vues de la cavité cœlomique que sur celles des ailes.

Scapula

C’est un os long et aplati, pneumatisé, en forme de sabre. Une des extrêmités de la scapula se situe au niveau de la dernière vertèbre cervicale et l'os se prolonge, contre la paroi thoracique et parallèlement à la colonne vertébrale, jusqu'à l’ ilion. La partie antérieure de la scapula présente, latéralement, une concavité qui participe à la constitution de la cavité glénoïde (dans laquelle vient se loger la tête de l'humérus). L’acromion ou processus claviculaire, médial, permet une articulation avec la clavicule, tandis que le processus coracoïdien, protubérance convexe, s’articule avec le coracoïde.

Coracoïde

C’est, chez les oiseaux, le plus robuste des os de la ceinture de l’épaule. C’est un os creux, envahi par le sac aérien claviculaire. De direction oblique, il relie la scapula au sternum. Sa partie antérieure porte une large surface concave qui participe à la constitution de la cavité glénoïde (dans laquelle vient se loger la tête de l'humérus) et de l'autre côté, elle s'articule avec la clavicule. Sa fonction est celle d’un étai qui bloque l’aile à une certaine distance du sternum.

Clavicule

Les clavicules sont très évoluées chez les oiseaux et sont presque toujours soudées ; elles constituent un os unique appelé furcula, fourchette, os furculaire ou, dans le langage courant, os à souhait. Les 2 branches de la fourchette s’appuient sur les 2 pointes des os coracoïdes. Leur extrémité distale, le processus furculaire, est reliée à l’apex du bréchet du sternum par un ligament. La fourchette joue le rôle d’un ressort qui maintient l’écartement des épaules lors des mouvements de l’aile. Les clavicules et le sternum délimitent une ouverture, située dorsalement par rapport aux clavicules, appelée foramen tri-osseux, par où passe le tendon du muscle supra-coracoïdien avant d’aller s’insérer sur l’humérus (ce muscle est un des moteurs principaux du vol : il est élévateur de l’humérus et de l’aile).

Chez l'homme

C'est une zone très mobile, animée par des muscles puissants.

Notes et références



ÉPAULE


La région morphologique de l'épaule (nom féminin) permet la jonction du tronc avec le membre supérieur au niveau du bras. Elle comporte plusieurs articulations qui concourent à en faire l'articulation la plus mobile du corps humain. Elle permet d'orienter le membre supérieur dans l'espace, permettant en particulier à son extrémité effectrice, la main, d'assurer ses rôles de préhension et de communication avec l'environnement situé à sa portée.

Biomécanique et anatomie fonctionnelle de l'épaule

L'épaule est un complexe d'articulations et de muscles, moyens d'union actifs qui solidarisent le membre supérieur au tronc.

De vastes arcs de mobilité dans les trois plans de l'espace permettent à l'épaule d'assurer une multitude de fonctions telles que :
atteindre,
soulever,
porter,
pousser,
propulser, et
positionner la main.

Une intime synergie parmi les muscles moyens d'union actifs assure la nécessaire précision fonctionnelle.

Anatomie descriptive

Ostéologie
Le complexe articulaire de l'épaule met en relation quatre os :
le manubrium sternal (ainsi que le premier cartilage costal),
la clavicule,
l'omoplate ( scapula ),
la tête humérale.

Myologie
Le complexe articulaire de l'épaule met en relation douze muscles principaux :
Le muscle sterno-cléido-mastoïdien
Le muscle trapèze
Le muscle deltoïde
Séparation par le sillon delto-pectoral
Le muscle grand pectoral
Le muscle grand dentelé
Les muscles de la coiffe des rotateurs :
Le muscle subscapulaire (ou sub-scapularis)
Le muscle supra-épineux (ou supra-spinatus) N°7
Le muscle infra-épineux (ou infra-spinatus) N°8
Le muscle petit rond (ou teres minor) N°6
Le muscle grand rond (ou teres major) N°5 remarque: le grand rond n'est pas considéré comme faisant partie des muscles de la coiffe des rotateurs.
Le muscle rhomboïde
Le muscle grand dorsal N°3

Physiologie

L'épaule comporte trois articulations et deux plans de glissement (aussi appelées fausses articulations ).

Articulation sterno-costo-claviculaire

Également appelée articulation « articulation cléido-thoracique », la sterno-costo-claviculaire est une articulation de type en selle(toroïde)et permet donc deux axes de rotation : Frontal et Sagittal.Cette articulation représente le seul point fixe entre le thorax et le membre superieur.
Entre les deux surfaces articulaires on retrouve un fibro-cartilage intermédiaire de type discal ou méniscal(fibro cartilage). A l'intérieur de la capsule articulaire on distingue deux compartiments:
Entre la surface articulaire de la clavicule et le fibro-cartilage: le siège du mouvement
Entre le fibro-cartilage et la surface articulaire du sternum : l'amortisseur

En plus de la capsule articulaire on retrouve sur l'articulation Cleïdo-thoracique deux ligaments à distance :
Le ligament inter-claviculaire. Il relie les extrémités médiales des deux clavicules.
Les ligaments costo-Claviculaires antérieur et postérieur. Ils s'insèrent sur le bord inférieur de la clavicule et sur le bord supérieur de la première côte.

Sa physiologie est complexe car elle dépend des mouvements de l'articulation suivante.

Articulation acromio-claviculaire

Également appelée « articulation cléido-scapulaire », l'acromio-claviculaire est une arthrodie. Elle ne possède donc aucun axe de rotation bien qu'un faible degré de mouvement existe.
C'est une articulation vraie, elle possède donc une capsule articulaire, une synoviale et deux surfaces articulaires : celle de l'acromion et celle de l'extrémité latérale de la clavicule.
Entre les deux surfaces articulaires on retrouve un fibro-cartilage de type méniscal.

Cette articulation est stabilisée par quatre ligaments, de dehors en dedans :
Le ligament acromio-claviculaire qui relie les faces supérieures de l'acromion et de la clavicule ;
Le ligament conoïde, tendu du processus coracoïde au tubercule conoïde de la clavicule ;
Le ligament trapézoïde, tendu du processus coracoïde à la ligne trapézoïde de la clavicule ;
Le ligament coraco-claviculaire médial, de moindre importance ;

Articulation omo-serrato-thoracique

L'omoplate (scapula) s'articule sur le gril costal par l'intermédiaire d'un double plan de glissement, entre le sub-scapulaire et le grand dentelé d'une part, et le grand dentelé et la paroi thoracique d'autre part. C'est une articulation de type syssarcose ou syncarthrose. La jonction scapulo-thoracique considérée comme une articulation est une notion récente (1907) due aux travaux du docteur François Miramond de Laroquette.

La grande mobilité de la scapula permet de déplacer et d'orienter sa cavité glénoïdale pour augmenter très fortement le rayon d'action du membre supérieur. Le rôle de la clavicule s'explique par l'anatomie du thorax : à la hauteur de l'omoplate, ce dernier a une section elliptique. De ce fait, quand l'omoplate se sagittalise (mouvement d'abduction de l'omoplate, correspondant à l'anté-projection du moignon de l'épaule), elle quitte le contact du grill costal, maintenue à distance du sternum par la clavicule, qui agit comme un point d'appui. La scapula est animée de mouvements d'abduction-adduction, élévation-abaissement et rotation médiale et latérale dite mouvement de sonnette. Cette terminologie est calquée sur les autres articulations mais s'avère inexacte ici car il n'y a jamais de déplacement dans un seul plan pour la scapula mais, compte tenu de la forme du thorax et de la présence de la clavicule, une combinaison de mouvement autour de la portion d'ellipse du tronc.

Bourse séreuse sous-acromio-deltoïdienne

Aussi appelé de manière abusive, '2 e articulation scapulo-humérale', la bourse séreuse sous-acromio-deltoïdienne permet principalement au muscle supra-épineux et au tubercule majeur de glisser sous le muscle deltoïde et sous la voûte acromio-coracoïdienne lors de l'abduction du membre supérieur.

C’est une articulation synoviale de type sphéroïde. Elle réunit l’extrémité supérieure de l’humérus à la scapula. C’est l’articulation la plus mobile de corps et est de ce fait soumise à de nombreux phénomènes de luxations, d’inflammations…

Surfaces articulaires:

1) Extrémité supérieure de l’humérus : forme 1/3 de sphère vers le haut, l’arrière et le dedans. Elle a un diamètre de 6 cm et il est supporté par un col qui a deux reliefs remarquables:
En haut et en avant : Le tubercule majeur
En avant et en bas : le tubercule mineur

Elle est recouverte de cartilage hyalin
La surface humérale se glisse dans la cavité glénoïdale.

2) La cavité glénoïdale est trois fois moins étendue que la tête de l’humérus ; elle est de forme ovalaire avec un grand axe vertical et est orientée vers l’avant et le dehors.

Il y a donc une forte disproportion entre les deux surfaces articulaires.

Moyens de renforcements :
Bourrelet glénoïdal: c’est un anneau fibrocartilagineux qui repose sur le bord de la cavité glénoïdale. Il permet ainsi d’en augmenter la surface et la profondeur. Son sommet est libre, sa face périphérique répond à la capsule ; sa face interne répond à la face articulaire de l’humérus.

Elle est également renforcée par deux tendons:
Le long biceps
Le long triceps.

La capsule articulaire est un manchon fibreux très lâche. Son insertion ce fait sur le col de l’humérus et sur la cavité glénoïdale ; elle est renforcée par deux ligaments: un passif et un actif.

Le passif : C’est en fait une individualisation de la capsule articulaire (fragment supérieur) il est constitué de deux ligaments :
Coracohuméral → deux faisceaux partant du processus coracoïde vers les tubercules majeur et mineur.
Glénohuméral → trois faisceaux :
Supérieur : dans la partie antérieure supérieure de la capsule vers le bas et le tubercule Mineur
Moyen : dans la partie antérieure supérieure de la capsule vers le côté, le bas et le tubercule mineur
Inférieur : dans la partie antérieure inférieure, vers le tubercule mineur ; c’est le plus puissant des trois ligaments.

Entre les ligaments glénohuméraux supérieur et moyen se trouve une zone de faiblesse → c’est le foramen ovale ; il est simplement recouvert par le tendon du muscle subscapulaire.
Il y a un autre point de faiblesse entre les ligaments inférieur et moyen → c’est la zone de luxation antérieure de l’humérus.

L'actif : Ce sont les tendons des muscles voisins (périarticulaires)
Muscle subscapulaire (qui recouvre le foramen ovale en avant)
Tendon des muscles supra et infra épineux et du muscle petit ronds (ils terminent tous sur le tubercule majeur)

3) Moyens de glissements :
Membrane synoviale → relie le cartilage de la tête de l’humérus au bourrelet glénoïdal. Elle forme au niveau des tendons une bourse. Elle délimite la cavité synoviale (et constitue ainsi une bourse séreuse).

4) Vascularisation :
Par une branche de l’artère suprascapulaire et une collatérale de l’artère circonflexe. Innervation par le nerf suprascapulaire.

5) Mouvements :
C’est une articulation sphéroïde, qui peut donc réaliser des mouvements dans les trois plan de l’espace :

On fixe l’angle inférieur de la scapula pour mesurer les angles des mouvements :
Mouvement de flexion (50°)/ extension (25°) dans le plan sagittal
Mouvements d’abduction (90°) / adduction (10°)
Mouvements de rotation latérale (35°) ou médiale ( 95°)

La combinaison de ces trois mouvements donne un mouvement de circumduction (cône de révolution).

Physiologie générale et anatomie fonctionnelle du complexe articulaire de l'épaule

S'il est traditionnel de mesurer les amplitudes articulaires, cette pratique a très peu de sens quand on évalue l'épaule. En effet, le nombre exceptionnel d'articulations et de degrés de liberté impliqués dans les mouvements de l'épaule rendent cette mesure imprécise, et ne permettent de toute façon pas d'en tirer des conclusions utiles. C'est pourquoi l'évaluation de l'épaule est avant tout fonctionnelle. On affinera l'exploration par une étude qualitative de la mobilité spécifique des articulations (liberté de mouvement dans tous les axes répertoriés), ainsi que par la recherche de limitations extra-articulaires.

Une bonne compréhension de l'anatomie fonctionnelle de l’épaule sera donc essentielle au professionnel de la santé lors de l'évaluation et de l'élaboration du plan de traitement avec le patient affecté par un problème d'épaule douloureuse.

Au niveau de l'articulation scapulo-thoracique, les muscles grand dentelé, rhomboïde, sterno-cléido-mastoïdien et trapèze déterminent le positionnement de l’omoplate par rapport à la cage thoracique. La stabilisation et le positionnement adéquat de l’articulation scapulo-thoracique contribuent à l’ensemble des mouvements du membre supérieur mais deviennent essentiels aux mouvements de plus de 90 degrés de flexion ou d’abduction (par exemple, des mouvements amenant le bras au-dessus du plan horizontal en position debout).

Au niveau de l’articulation gléno-humérale, les muscles du plan anatomique profond (la coiffe des rotateurs et la longue portion du biceps) ont comme rôle principal de stabiliser la tête humérale dans la cavité glénoïde pendant que les puissants muscles des plans anatomiques plus superficiels génèrent la force et la vitesse nécessaire au mouvement visé. Ces muscles sont le deltoïde, le muscle grand pectoral, le grand dorsal et le grand rond.

Lors des mouvements de lancer, c’est la coordination du mouvement des articulations scapulo-thoracique et gléno-humérale qui, combiné à ceux du tronc, du coude et du poignet qui permet de générer une vitesse optimale.

Voies d'abord chirurgical en Chirurgie de l'épaule

Fractures et luxations de la ceinture scapulaire et de l'humérus

Fractures de l'omoplate
Fractures de la clavicule
Fractures de l'extrémité supérieure de l'humérus
Luxations traumatiques de le ceinture scapulaire

Arthroscopie de l'épaule

Lésions traumatiques acromio-claviculaires et sterno-claviculaires

L’entorse acromio-claviculaire (communément appelée « séparation de l’épaule »): Elle est habituellement le résultat d’un traumatisme direct à la région de l’épaule qui produit une ou plusieurs déchirures, à des degrés variables, des ligaments acromio-claviculaires et coraco-claviculaires. Un mécanisme classique d’entorse acromio-claviculaire est la force antéropostérieure résultant du contact entre l’épaule et un opposant circulant en direction opposée au hockey sur glace. Elle est typiquement associée à une douleur post-traumatique importante à la région antérosupérieure de l’épaule qui est augmentée par la palpation directe de l’articulation et par l’adduction horizontale du bras.

Lésions de la coiffe des rotateurs

La douleur à la région de l’épaule est la plainte à caractère musculosquelettique la plus fréquente en médecine après les maux de dos.
À l’exclusion des fractures, les causes les plus fréquentes de douleurs à l’épaule et leurs caractéristiques principales sont décrites brièvement ci-après.
Les douleurs référées d’origine cervicale : Une douleur à la région de l’épaule peut être le résultat d’un conflit affectant l’une ou l’autre des racines nerveuses au niveau de leur origine aux différents niveaux du rachis cervical et innervant le membre supérieur. La présence d’une douleur concomitante à la région cervicale, une irradiation de la douleur au niveau de l’avant-bras ou de la main, des déficiences sensitives ou motrices et une douleur bilatérale sont des éléments qui permettent d’évoquer la possibilité d’une douleur d’origine cervicale.
Le syndrome d’accrochage de l’épaule
La capsulite rétractile (ou périarthrite scapulohumérale)
La déchirure de la coiffe des rotateurs

Instabilité de l'épaule

L’instabilité de l’épaule inclut la luxation et la subluxation.

Prothèses d'épaule

Les indications de la prothèse d'épaule incluent les pathologies traumatiques complexes de la tête humérale, l'arthrose gléno-humérale, l'arthrite inflammatoire, la nécrose avasculaire de la tête humérale.

Il y a différents types de prothèse :
L'hémiarthroplastie consiste en un remplacement de la partie humérale sans toucher à la glénoïde.
La prothèse totale consiste en le remplacement des 2 composantes, donc de la surface articulaire de la tête humérale et de la glénoïde (omoplate).

La prothèse inversée est une prothèse avec une composante sphérique fixée à la glénoïde et une composante en forme de cornet cimentée à la diaphyse de l'humérus.

Le resurfaçage huméral est une composante avec une quille qui est cimentée à la tête humérale sans fixation à la diaphyse humérale.

Voir aussi

Orthopédie
Traitement chirurgical en orthopédie

Liens externes

Luxation de l'épaule : prise en charge dans les stations de sports d'hiver, Le Généraliste n°2006, 15 février 2000
Frémont, P. Desmeules, F. Shouldering the pain: practical tools for evaluating and treating a painful shoulder. Canadian Journal of CME, May 2003; 15(6): 110-20.

Epaule




 
Vous êtes dans le forum : M79.11
Myalgie, scapulaire, ceinture scapulaire, épaule
Squelette: anatomie d'un dos sain
Le squelette se compose de plus de 206 os. Ce nombre peut varier au cours de la croissance, car certains os fusionnent. Les os sont reliés en...
Myalgie
MYALGIE Une myalgie est une douleur musculaire. C'est le terme générique englobant toutes les douleurs musculaires du corps charnu du muscle. ...
La top brésilienne gisele bundchen gagne 128.000 dollars pas jour
La belle brésilienne ne laisse pas sa place sur le podium. Depuis déjà sept ans, Gisele Bündchen est la mannequin la ...
Shy'm, l'animatrice télé la plus sexy et branchée
Selon une étude réalisée par Harris Interactive, pour le compte du magazine de programmes TV, Shy'm devance de loin e...
Schizophrénie : une vaste étude génétique offre de nouvelles pistes
La recherche génétique pour mieux comprendre la schizophrénie. La schizophrénie, qui survient généralement à l'adoles...
Le bio serait (vraiment) meilleur pour la santé
Pour réussir à enfin trancher sur l'intérêt nutritionnel des aliments bio, des chercheurs de l'université de Newcastl...
Prévention du sida : le traitement "à la demande" bien suivi dans l’essai ipergay
La stratégie de prévention Pr. EP repose sur la prise d'un comprimé de Truvada® par des personnes séronégatives mais ...
Tour de france : qui sont les coureurs les plus sexy ?
#1 Peter Sagan. Avec ses yeux bleus clairs et ses cheveux souvent en bataille, le beau Slovaque, qui a fini deuxième ...
Sida : des millions de vies sauvées grace aux antirétroviraux
Un groupe de chercheurs emmenés par l'Institut américain IHME de l'Université de Washington a conduit "l'étude la plu...
L'amiante reste un problème de santé toujours actuel
Amiante : l'indemnisation des victimes pose toujours problème. Le 28 février 2013, la commission des affaires sociale...